Manger l'obésité rend-t-il obèse?

La graisse de nos volailles.

L’une des raisons pour lesquelles la consommation de volaille a été associée à la prise de poids peut être que les poulets, de nos jours, sont principalement gras, jusqu’à trois fois plus de matières grasses que de protéines. Maintenant nous confinons les animaux, les manipulons génétiquement, les remplissons de stimulateurs de croissance et les privons d’exercices.

Quelle est la graisse de nos poulets? Selon l’USDA, il y a cent ans, une portion de poulet ne contenait peut-être que 2 grammes de gras par portion. Maintenant, il peut y avoir plus de 20 grammes de graisse animale par portion, soit deux fois la quantité de graisse contenue dans de la glace. Le poulet contient maintenant dix fois plus de matières grasses, cela pourrait donc aider à expliquer pourquoi le poulet a été lié à la circonférence abdominale humaine, pas besoin d’expliquer le lien avec les virus..

En fait, les poulets eux-mêmes peuvent être techniquement en surpoids voir obèse, ce qui soulève l’inquiétude : manger de l’obésité entraîne-t-il l’obésité chez le consommateur ? Une carcasse de poulet contient désormais deux à trois fois plus d’énergie provenant des graisses que des protéines. « Les parents peuvent penser qu’ils nourrissent leurs enfants avec un produit faible en gras, comme c’était le cas quand eux même étaient enfants, mais à la place ils nourrissent leurs enfants avec un produit riche en gras sans le savoir. » Le cocktail de sélection de gènes pour un gain de poids rapide, le manque d’exercice et des aliments riches en énergie disponibles 24 heures sur 24, est une recette simple et bien comprise pour l’obésité chez ces volailles.

Les animaux de ferme produisaient du DHA, l’acide gras oméga-3 à chaîne longue important pour le cerveau, mais les animaux à croissance rapide ne parviennent pas à le synthétiser complètement dans leurs muscles. Cette inversion du statut des acides gras chez les poulets élevés intensivement est décrite comme un nouveau phénomène des plus inhabituels. Il est susceptible d’être le résultat de cette sélection génétique pour une croissance rapide dépassant le processus de biosynthèse.

Pour obtenir aujourd’hui la même quantité de DHA de poulets élevés intensivement que dans les années 1970, il faudrait manger six poulets entiers, soit environ 9 000 calories. Ces chercheurs, à l’Institute for Brain Chemistry, vont jusqu’à suggérer que cela pourrait être, en partie, la raison pour laquelle nous avons vu monter en flèche la maladie mentale humaine.

Bien que l’intensification des poulets ne puisse à elle seule être responsable de cette augmentation des troubles cérébraux humains  , ils la considèrent comme faisant partie d’un ensemble de changements dans notre système alimentaire qui a ignoré la nutrition humaine.

En plus de ce qui se passe en Europe, le Forum mondial de la santé prédit que la mauvaise santé mentale figurera bientôt parmi les trois principaux fardeaux de mauvaise santé dans le monde avec les maladies cardiaques et périnatales

 L’implication d’un régime riche en graisses saturées dans les maladies cardiaques et l’athérosclérose signifiait que bien que les jeunes femmes soient mieux protégées, cela finirait par avoir un impact sur la neurogenèse.

Une recherche dans la littérature de leurs propres données révèlent que si le poulet était à un moment donné un aliment maigre et faible en gras, il ne l’est plus, comme vous pouvez le voir sur le tableau ci-dessus.

Les chercheurs ont conclus qu’au vu de l’épidémie d’obésité, les poulets qui fournissent plusieurs fois plus d’énergie grasse que les protéines semblent illogiques.

 Ce type d’élevage de poulets doit être revu,  à la fois  du bien-être animal et de la nutrition humaine.

Source cité :

Ce blog force de la nature n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur ce blog sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires.

Noé Georges-Luszczak

Noé Georges-Luszczak

Spécialiste en nutrition, je consacre ma vie aux aliments d'origine végétal afin que le monde soit en meilleur santé le plus longtemps possible.

Abonnez-vous à notre newsletter
pour être au courant de nos meilleurs nouveautés!

"Repoussez et inversez les maladies”